Suivi du diabète

On ne guérit pas du diabète mais on peut le contrôler ou mieux : l’équilibrer.

Un diabète bien équilibré et bien traité permet de réaliser la majorité de ses projets de vie, mais la maladie impose de modifier quelques aspects de la vie quotidienne.

Le diabète est une maladie chronique qui accompagne la personne toute sa vie avec parfois des moments de découragement quand les objectifs de santé ne sont pas atteints. Un diagnostic de diabète génère souvent de nombreuses craintes ou interrogations sur les contraintes du traitement ou les complications éventuelles.

La personne diabétique doit d’abord accepter sa maladie - ne pas lutter contre elle mais plutôt « faire avec » et apprendre à vivre avec elle. Le soutien de l’entourage familial, d’autres personnes diabétiques ou des groupes d’entraide de l’ABD pourront certainement l’y aider. Mais c’est la personne diabétique elle-même qui est et restera toujours l’acteur principal de son traitement.

Le suivi et le traitement du diabète demandent une participation active de la personne.

En plus d’un traitement parfois contraignant, la personne diabétique devra apprendre à contrôler ses glycémies, manger équilibré en fonction du prescrit diététique, intégrer une activité physique régulière, surveiller son poids,… Tout cela nécessitera une certaine autodiscipline. Il s’agira de trouver le meilleur compromis individuel entre l’objectif médical d’une part et la qualité de vie d’autre part.

La réussite du traitement reposera sur la motivation et la capacité de la personne à prendre en charge son diabète. Elle pourra, dans certaines conditions, bénéficier des conseils et de la surveillance médicale exercée par des professionnels de santé spécialisés.

Aujourd’hui, la prise en charge médicale et éducative du diabète est multidisciplinaire et fait intervenir différents professionnels de santé :

  • le médecin-diabétologue : il définit le traitement et ses adaptations éventuelles
  • la diététicien(ne) : elle vous aide à choisir une alimentation saine et équilibrée en tenant compte de votre mode de vie, de vos goûts et de vos habitudes alimentaires. Elle pourra si nécessaire et en concertation avec votre médecin vous aider à perdre du poids. Elle pourra encore prodiguer des informations sur le choix des aliments, les modes de cuisson, la lecture des étiquettes,…
  • l’infirmier(e) d’éducation : il/elle donne des explications sur le traitement prescrit, des informations sur la maladie et les complications éventuelles
  • le podologue : il vous aide à surveiller la santé de vos pieds et prodigue les soins adéquats pour préserver leur état

Au quotidien

Les progrès médicaux ont certes permis d’améliorer le traitement et la qualité de vie des personnes diabétiques, mais un bon équilibre du diabète repose d’abord sur la volonté et la capacité de la personne à s’autosurveiller et à observer son traitement.

Convenablement soignée, la personne diabétique pourra mener une vie normale mais elle devra accepter quelques contraintes :

  • contrôler régulièrement sa glycémie à l’aide d’un lecteur de glycémie (glucomètre). Le test de glycémie est réalisé de manière très simple en mettant une goutte de sang recueillie au bout du doigt sur une tigette (ou bandelette) réactive. Le résultat est obtenu en quelques secondes et s’affiche sur l’écran. Il peut (et doit parfois) être pratiqué plusieurs fois par jour.
  • avoir toujours à portée de main ses médicaments et/ou ses insulines et prendre son traitement selon les prescriptions du médecin
  • rester attentive à son alimentation en essayant de garder un poids stable, idéal et en pratiquant une activité physique régulière
  • avoir toujours sur soi du sucre rapide (ou un Glucagen Hypokit®) si le besoin de se resucrer se fait sentir

Les analyses et examens périodiques

Les personnes diabétiques étant plus exposées à certaines complications, le médecin prescrira une série d’analyses et d’examens complémentaires. Des paramètres comme la tension artérielle et le poids seront régulièrement surveillés. Des analyses de sang permettront d’effectuer un bilan lipidique et de détecter le cas échéant une augmentation du cholestérol.

Le taux d’hémoglobine glyquée ou glycosylée (HbA1c) sera contrôlé. L’HbA1c est une valeur biologique qui montre la concentration de glucose dans le sang durant les trois mois écoulés. 
C’est l’un des indicateurs importants dans la surveillance de l’équilibre glycémique chez une personne diabétique : la valeur de l’hémoglobine glyquée augmentera si les hyperglycémies ont été fréquentes dans les 120 jours qui précèdent le prélèvement sanguin. Si le diabète est bien équilibré, la valeur de l’HbA1c diminuera et le risque de développer des complications sera moindre.

Chez une personne non diabétique, le taux d’hémoglobine glyquée est inférieur à 6; chez les patients diabétiques, on considère que le contrôle est satisfaisant si le taux se situe entre 6 et 7 % (42 mmol/mol - 53 mmol/mol).

Une analyse des urines permettra de détecter la présence d’albumine et de dépister une éventuelle néphropatie diabétique.

 

Depuis juin 2011, l'HbA1c en % s'exprime en mmol/mol


En fonction de l’état de santé de la personne et/ou d’un risque avéré de complications, ces examens pourront être complétés par :

  • un bilan ophtalmologique (fond d’œil, acuité visuelle, tension oculaire et angiopathie rétinienne)
     
  • un bilan cardiologique (électrocardiogramme, echo-doppler)
     
  • un bilan neurologique
     
  • une consultation chez le dentiste

 

 

 

Vous avez apprécié cet article, partagez-le avec vos proches sur :

Avec le soutien de

         

                            

                                    

 

Les cookies nous permettent de vous proposer nos services plus facilement. En utilisant nos services, vous nous donnez expressément votre accord pour exploiter ces cookies. En savoir plus
OK